Site de mariage pour catholiques et protestants

Mariage entre cathos et protestants : l’amour, pas la guerre !

Site de mariage pour catholiques et protestants

Le mariage interconfessionnel peut devenir une richesse spirituelle ?

L’objectif de cet article n’est pas d’encourager le mariage entre protestants et catholiques . Son but : faire réfléchir sur les difficultés qui peuvent se présenter sur le chemin d’un couple de croyants protestant – catholique qui désire se dire Oui pour la vie. Quand bien même s’agit-il de la même foi chrétienne, les choses pourraient bien se compliquer…

Il est de coutume d’appeler mariage interconfessionnel l’engagement de deux personnes appartenant aux confessions chrétiennes différentes: entre catholiques – protestants. Compte tenu du nombre plus important de catholiques que de protestants en France, cette question se pose de plus en plus fréquemment.,Elle est récurrente pour les usagers des sites en particulier. Si les éventuels inter-dits s’évanouissent progressivement avec le temps, des questions demeurent sans réponses. Comment Vivre une vie de famille épanouie et unie malgré les divergences confessionnelles, est-ce vraiment possible ? L’absence d’unanimité des parents peut devenir une menace pour l’unité familiale. Quels sont les défis à relever pour vivre en harmonie dans l’unité de la foi ?

Avant de commencer à relever les défis qui se poseront à vous, nous vous invitons à les regarder, en quelque sorte, « droit dans les yeux ». La première des choses sera de commencer à les évoquer, puis à les lister par ordre d’importance et enfin de les considérer, un à un dans l’échange et dans la recherche de la volonté de Dieu pour vous. Il vous sera peut-être utile de vous faire accompagner dans ce cheminement

Cette période de construction est primordiale. De plus, quand les sentiments sont présents, le risque est de se laisser enfermer dans une relation difficile à assumer dans la durée…

Les 4 défis du mariage entre catholique et protestant

Premier défi : La place du Seigneur

Tout d’abord, revenons aux sources. L’apôtre Paul demande aux chrétiens, dans le Nouveau Testament, de se marier « seulement dans le Seigneur » (1 Corinthiens 7:39), c’est-à-dire, avec ceux qui partagent leurs convictions chrétiennes. Il n’existait pas, à cette époque là,  plusieurs confessions ou de dénominations chrétiennes. Paul parlait dans ce contexte, soit des chrétiens, soit des non-chrétiens. La notion « non-pratiquant » n’avait pas sa place. Pour faire face aux persécutions les chrétiens devaient avoir des convictions fortes et une foi vivante.

Un chrétien du 1er siècle ne pouvait être qu’un croyant authentique, ayant reconnu Christ comme son Sauveur et son Seigneur. Pour notre époque le principe de Paul reste le même. C’est la foi vivante en Christ – Sauveur et Seigneur, qui se traduit en relation personnelle avec Dieu qui serait le fondement (la preuve) d’un mariage « dans le Seigneur ». Que se soit dans la confession catholique ou protestante. Si ce fondement commun de la foi est mis au centre de la vie du couple et de la piété de chacun, le défi de l’unité pourrait être relevé.

Je m'inscris

Je m'abonne

Deuxième défi : le bon objectif

Dans le cas d’une rencontre catholique célibataire avec un futur conjoint protestant, la première phase consiste à bien se connaitre. Ensuite, il reste à découvrir les aspirations et les convictions religieuses de l’un et de l’autre. Mieux vaut le faire avant de se projeter dans un avenir commun dans le cadre du mariage. Si dans cette phase le couple prend comme objectif de respecter et au besoin, de s’enrichir réciproquement de leurs différences au lieu de se confronter ou de vouloir changer l’autre, c’est un bon point de départ.

Le troisième défi : pratiquer sa foi

peut-être le plus difficile, sera celui de choisir de quelle manière pratiquer leur foi. Est-il concevable de vivre sa vie d’Eglise, chacun de son côté ? Ce n’est pas simple d’avoir à choisir un lieu de culte commun dans respect de l’un et de l’autre. Cet article n’a pas la prétention d’apporter de solution toute faite mais bien de soulever ces questions de fonds, essentielles à la création d’un foyer équilibré.

Il est utile dès la rencontre entre un catholique célibataire et un chrétien d’une autre sensibilité de s’interroger individuellement et réciproquement sur les points les plus importants de leur propre pratique religieuse et de celle que l’on est prêt à mettre au second plan. La célébration d’un office en commun, la prière commune est un lien unificateur fort.

Le défi de l’éducation des enfants :

Dans une famille interconfessionnelle, Il est normal et logique que chaque parent témoigne de la spécificité de sa foi auprès des enfants. Après leur avoir apporté L’enseignement des fondements chrétiens communs, les enfants pourront ainsi s’enrichir de la double culture des parents, tout en leur laissant le choix de s’engager à l’âge « mature ». L’exercice n’est pas des plus simples et demande un exemple fort d’unité des parents.

Le mariage entre catholique et protestant est possible

Les défis paraissent nombreux et l’objectif à atteindre difficile… Si votre amour et votre confiance sont réciproques et si votre foi est ferme, vous triompherez des obstacles et arriverez à faire les concessions dans la paix. Beaucoup de couples interconfessionnels ont déjà fait ce cheminement et vivent des mariages heureux, tout en respectant les convictions personnelles de l’autre.

Vous pouvez consulter les témoignages ainsi que les conseils pratiques :  Sur le site AFFMIC:

« L’amour est patient, l’amour est serviable,… il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout, l’amour ne disparaît jamais. » I Corinthiens Chapitre 13 v. 4 à 7

 Profils féminins

Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *