Célibataires chrétiens en quête de rencontre | Je, tu, nous

Le saviez-vous: certaines saisons de la vie ne sont pas propices à la rencontre.

Célibataires chrétiens en quête de rencontre | Je, tu, nous

Dans les périodes de transition importantes, comme un nouvel emploi, un déménagement, le décès d’un parent, les événements de nature stressante ou simplement chronophages ne seront peut-être pas les meilleurs moments pour commencer une relation amoureuse. Trop tôt après une saison émotionnellement chargée, mieux vaudra éviter volontairement de chercher un conjoint. Dans de telles situations, votre jugement risquerait d’être faussé. Pendant une convalescence ou un deuil, l’amitié chrétienne profonde est sans doute préférable…

Pourquoi s’interdire développer un lien émotionnel profond avec une personne non croyante ?

La Bible part toujours du principe que les chrétiens célibataires devraient épouser d’autres chrétiens. (Par exemple, 2 Corinthiens 6.14, 1 Corinthiens 7.39). Le principe était le même dans l’Ancien Testament, où les mariages intracommunautaires étaient même imposés. Considérée par beaucoup comme une étroitesse d’esprit, cette règle a pourtant de très bonnes raisons d’être. Si votre partenaire ne partage pas votre foi chrétienne, il ne peut la comprendre comme vous, de l’intérieur. Si Jésus est le centre de votre vie, votre partenaire non-chrétien ne saisit pas quel est le ressort ni la motivation fondamentale de tout ce que vous faites. Quand les époux partagent la même foi chrétienne, chacun d’eux connaît et comprend les motivations profondes de l’autre et sa perception de la vie. Si, par contre, vous épousez quelqu’un qui ne vit pas vos convictions profondes, cette partie de votre vie, de loin la plus importante demeurera pour lui/elle, toujours obscure et mystérieuse.

Si vous épousez malgré tout quelqu’un qui ne partage pas votre foi chrétienne

Deux options seulement s’offrent à vous. Dans la première, vous risquez de perdre peu à peu votre transparence. Dans le quotidien de votre vie chrétienne, Christ et sa Parole sont au centre : un chrétien qui médite la Bible a besoin de partager ses réflexions. Si vous parlez spontanément et franchement de ce genre de pensées, votre partenaire trouvera cela, au mieux fastidieux ou agaçant, au pire offensant. Il ne vous restera plus qu’à dissimuler vos pensées.

L’autre option, la pire, serait d’écarter Christ du centre de vos pensées. Vous devriez délibérément petit à petit renoncer à votre engagement envers « Lui » dans chaque domaine de votre vie. Vous devriez « Le » dévaluer dans vos cœurs, car s’il reste au centre, vous devriez vous isoler de votre conjoint.

Ces deux résultats sont épouvantables et expliquent pourquoi vous ne devrez pas épouser quelqu’un qui ne partage pas votre foi chrétienne.

En observant le monde, vous pouvez aisément vérifier un grand nombre d’exemples s’appuyant sur le même principe : dans les « religions » de l’argent, de la réussite, du pouvoir et de la politique, les catégories se mélangent rarement et  chacun sait très bien pourquoi…

Ressentez de l’attirance au le sens le plus complet du terme?

L’attirance va naturellement grandir chez un couple marié au fil du temps. Si celle du départ était déjà profonde et pas seulement physique. Qu’est-ce que « l’attirance intégrale » ? C’est, pour une grande part, être séduit par le « caractère », le fruit spirituel de l’autre (Galates 5.22). Tant de gens choisissent leur conjoint pour leur beauté ou leur situation, qu’ils prennent le risque de se retrouver mariés à quelqu’un de méconnu.

Ne vous laissez pas trop vite emporter par la passion.

Un des grands avantages de la cour d’antan était que l’homme et la femme pouvaient se côtoyer dans les cadres de la vie de famille, de l’Eglise et de la communauté. L’évaluation du caractère de l’autre et l’attirance intégrale avaient le temps de se développer. Les relations modernes et les « coup d’un soir » tournent vite aux relations sexuelles et une obsession romantique peut surgir immédiatement. Une telle expérience évince l’évaluation réaliste de l’autre. Un amour qui dure toute la vie n’est pas qu’une question d’émotion. Cet amour-là naît de « l’attirance intégrale » pour le caractère de l’autre, son être tout entier et sa mission sur terre. L’amour s’entretient avant tout par une réelle volonté de le développer. Parfois, au début d’une relation, on peut se laisser submerger par des émotions si fortes qu’elles peuvent ressembler à un amour profond. Le charme se dissipe et se transforme, parfois rapidement. C’est la preuve est faite que l’attirance intégrale et l’amour n’étaient pas au rendez-vous.

Je m'inscris Je m'abonne

Célibataires chrétiens en quête de rencontre | Je, tu, nous

Un bon moyen de savoir si vous avez dépassé le stade de l’engouement est de se poser une série de questions.

Vous êtes-vous heurté(e) à quelques conflits importants et comment les avez-vous résolus ?

Etes-vous passé(e) par la repentance et le pardon mutuel ?
Chacun de vous a-t-il/elle démontré qu’il/elle voulait changer par amour pour l’autre ?
Si vous répondez par la négative, il se pourrait que vous ne soyez pas encore prêt pour le mariage chrétien.

Ne devenez pas un pseudo-conjoint pour quelqu’un qui n’est pas prêt à s’engager.
Certains couples brûlent les étapes, alors que, chez d’autres, l’un des deux protagonistes est profondément réticent à l’idée de s’engager et de se marier. parfois une relation traîne en longueur pendant des années et ne montre aucun signe de développement ou de progression vers le mariage chrétien.  Peut-être qu’un des membres du couple ait atteint un niveau de relation où il reçoit tout ce qu’il désire sans éprouver le besoin d’officialiser son engagement. Il obtient de son partenaire plus que ce qu’il obtiendrait d’un(e) ami(e). Il jouit des avantages d’un mariage (même sans avoir de rapports sexuels), sans pour autant assumer l’engagement. Dans ce cas de figure, le partenaire qui désire le mariage dépérira. Il se renfermera et parfois souffrira du sentiment de rejet (qu’il soit intentionnel ou non). Les américains appellent les fiançailles ENGAGEMENT (promise to get married) car ce temps de « réservation » est protecteur.

D’après le livre de Timothy Keller « Le mariage. Un engagement complexe à vivre avec la sagesse de Dieu », Timothy Keller, 2014, Editions Clé.

Profils féminins Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *