L’intimité dans le couple chrétien | La poussée d’Archimède

L’intimité est au mariage ce que la poussée d’Archimède est aux icebergs…

L’intimité dans le couple chrétien | La poussée d'Archimède

Avec un pareil sous-titre, une petite introduction s’impose : dans le cas d’un iceberg, la masse immergée de ce glaçon géant détermine ce que sera sa partie visible. Ensuite, la loi d’Archimède fait le reste en permettant à l’ensemble de flotter.

Ainsi la partie connue de votre couple sera le résultat direct de son identité cachée : l’intimité. Créer un couple, c’est donner naissance à une nouvelle entité. Un caractère nouveau va définir et précéder la réputation de cet « assemblage » en vue de l’union entre un homme et une femme chrétiens. La réflexion et le discernement seront nécessaires dès le début de la construction du couple. D’abord dans la prière et c’est encore plus vrai si cette nouvelle tranche de vie arrive après une longue période de célibat. La prudence est de mise, le commencement des échanges entre des célibataires chrétiens demande du temps pour appréhender l’autre, son histoire, ses peurs éventuelles, ses attentes un chrétien sinon rien. Une proximité relationnelle facilite la connaissance mutuelle et la bonne construction de la future cellule familiale. Jetunoo.fr, au risque de sembler paradoxal, conseille à ceux qui cherchent à construire un foyer chrétien, de sortir rapidement de la communication via internet pour entrer dans le monde réel. Communiquer, passer du temps ensemble, vivre des activités en commun… créer des occasions pour mieux se découvrir et découvrir le milieu de vie de l’autre pour donner naissance à une relation de plus en plus confiante, profonde.

Pendant ce temps, nous conseillons de tirer profit des lectures, des  écrits et témoignages de spécialistes en conseil de vie conjugale. Gary Chapman est l’un d’eux, ses écrits sont bien connus et appréciés dans le monde chrétien d’aujourd’hui. Dans son récent ouvrage : « Méditations quotidiennes pour le couple » il distingue cinq éléments de la relation intime d’un couple. Ce sont des étapes incontournables de construction. Examinons-les d’un peu plus près.

Je m'inscris

Je m'abonne

Les différentes intimités dans le couple chrétien

L’intimité intellectuelle

C’est un partage qui se fait au niveau de la pensée, de la réflexion. La vie intellectuelle remplit une part importante de notre vie. Chacun de nous avons des sujets de réflexion qui nous préoccupent. Ils peuvent être liés à l’activité professionnelle, à notre environnement social, familial, etc. Nous avons besoin d’un vis-à-vis pour écouter, partager nos besoins et nos désirs, exprimer nos questionnements. La communion intellectuelle n’impose pas d’avoir le même niveau scolaire mais au moins de pouvoir échanger avec un minimum d’intérêt et de compréhension de ce qui concerne son conjoint. Les trop grands écarts de culture ou de centres d’intérêts sont des signes à prendre en considération, car avec le temps, il peuvent creuser un fossé entre les époux. Dans la construction d’une relation, nous avons besoin de développer l’écoute de l’autre, apprendre à échanger librement et découvrir l’essence des pensées de l’autre, répondre à son besoin de l’écoute.

L’intimité sociale

Un couple forme une unité sociale, en étant impliqué dans la vie de l’autre, chacun faisant partie de ce que l’autre fait. Notre existence est centrée autour de ce que nous faisons. Les activités que nos pratiquons ensemble, telles que les promenades, le bricolage, activités sportives ou culturelles, fréquentations d’amis, sont de moyens importants pour développer l’esprit d’équipe, de compagnonnage. Ces actions accomplies ensemble forment l’intimité sociale qui est une composante indispensable du couple. Il n’est pas obligatoire pour un homme et une femme d’avoir les mêmes centres d’intérêts, mais attention, trop de passe-temps séparés ne concourent pas à l’unification de la cellule.

L’intimité sentimentale

Le sentiment est l’émotion qui nous permet de connaitre ou apprécier certaines choses spontanément, sans impliquer le raisonnement. Le sentiment nous donne parfois une impression qui est liée à l’état psychologique ou affectif du moment. Notre vie est remplie de sentiments et d’émotions, sans lesquels elle serait bien terne. Le ressenti fait partie intégrante de notre vie intérieure et révèle beaucoup de choses sur nous-mêmes.

Avoir une intimité sentimentale avec votre partenaire c’est pouvoir accepter de dévoiler vos états d’âme du moment en toute confiance. Sous-entendu, c’est y être autorisé sans risque de mépris. Cet échange ne peut se faire que dans un climat de liberté, d’acceptation de l’autre et sans jugement.

L’intimité dans le couple chrétien | La poussée d’Archimède

L’intimité spirituelle

Nous sommes des créatures spirituelles, créees à l’image de Dieu. Tous les humains, dans toutes les cultures ont une spiritualité et possèdent une dimension spirituelle. De même que pour la vie intellectuelle ou sentimentale, nous avons besoin de la partager avec un vis-à-vis. Cela peut se faire de manières variées : moments d’échanges autour de méditations bibliques, pratiques communes (prière, lecture..). Ces échanges très personnels sont des moyens forts d’encouragements mutuels pour les croyants. Tout particulièrement la prière en commun constitue un élément d’intimité spirituelle du couple. Dans certaines églises, pour ceux qui ont cet avantage, des groupes de quartier permettent de se retrouver et de partager autour de la Parole ou de livres. C’est un moment privilégié pour découvrir un peu plus de la spiritualité de son futur alter égo.

L’intimité sexuelle

Elle couronne les autres composantes de l’intimité du couple citées précédemment. J’emploie bien l’expression couronner car elle est le résultat, l’expression de ce qui sertit le mariage. Elle ne peut être séparée de l’intimité intellectuelle, sentimentale, sociale et spirituelle. Elle ne peut être pleinement épanouie sans passer par les étapes de la construction du couple chrétien décrites ci-dessus.

L’homme et la femme exprimeront des différences certaines dans l’expression de leur sexualité, mais elles sont pleinement complémentaires. Apprendre à connaitre la sexualité de l’autre demande du temps comme pour les autres domaines que nous avons évoqués. La réaction aux différences doit être appréhendée avec autant d’intelligence et revêtue d’amour désintéressé. Pour que la relation sexuelle soit une source de joie et de plaisir, chaque partenaire doit penser au plaisir de l’autre en premier.

Vous pourrez retrouver ces différents thèmes dans le livre de G.Chapman « Méditations quotidiennes pour le couple », Editions Farel 2013.

AMTP191013 tous droits réservés

Profils féminins

Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android

Apprendre à faire l’amour ou apprendre à aimer ?

Comportement sexuel, lequel choisissez-vous ?

Apprendre à faire l'amour ou apprendre à aimer ?

Depuis trente ans, Gérard Hoareau anime, avec son épouse Martine, la Mission Vie et Famille. Il est donc bien placé pour répondre aux questions délicates que beaucoup de jeunes se posent. Nous avons reproduit à dessein la forme question-réponse de son livre « Croître dans l’amour » dont il s’inspire ici.

Une enquête sur le comportement sexuel des jeunes face au sida, menée auprès de 6.445 jeunes de 15 à 18 ans par l’Agence Nationale de recherche contre le sida, le CNRS et l’Inserm, fait apparaître que 85% d’entre eux déclarent avoir eu des rapports sexuels. Qu’en pensez-vous ?

Tout d’abord, cette enquête n’a concerné que la population adolescente des lycées et des centres d’apprentissage. Elle n’est donc pas représentative de la population en général. On peut aussi se demander si certains de ces jeunes ont bien répondu aux questions posées ou si les réponses n’étaient pas plus ou moins influencées. Les auteurs de l’enquête s’en défendent, soulignant qu’elle a été faite sur questionnaire écrit, et non pas par une interview directe dans une classe. Je reste néanmoins sceptique, car les adolescents sont à mon avis plus pudiques qu’on ne le pense sur ces questions-là.

Je m'inscris

Je m'abonne

Cependant, quelle que soit la crédibilité que l’on accorde à ce type d’information ou la valeur que l’on donne aux chiffres, cette enquête confirme que la sexualité de ces jeunes est à l’image de la société dans laquelle ils vivent : elle fait du plaisir son unique principe et de la jouissance sa seule raison d’être. C’est en quelque sorte la société de consommation appliquée à la sexualité, avec pour corollaire cette attitude si contestable : « Je prends et quand ça ne fait plus l’affaire, je jette ». En effet, quand plus de 60% des garçons et 40% des filles interrogées dans cette enquête déclarent avoir cédé aux relations sexuelles par « attirance et désir physique », « par curiosité », « pour faire comme tout le monde » ou « pour y avoir été forcés », que faut-il en conclure ? C’est en fait une sexualité sans relation véritable et sans lien avec la personne.

Ce qui me frappe le plus cependant dans cette enquête, c’est la relative complaisance des adultes. Il faut dire aux jeunes que la sexualité est plus que cela. Que le plaisir fait certes partie de la vie, mais il ne leur donne pas le droit de traiter les autres comme des objets ou leur «chose». Son but est avant tout de mettre les êtres en relation.

Vous dites que le temps des fréquentations est un temps privilégié pour apprendre à se connaître et à se découvrir. Mais ne pensez-vous pas qu’avoir des relations sexuelles avant le mariage est une façon finalement de mieux se connaître ?

Si la relation sexuelle n’était qu’une affaire de « technique », une expérience préalable pourrait se justifier. Mais il n’en est rien ! C’est à aimer qu’il faut apprendre et non pas à faire l’amour. La réussite sexuelle – la réussite du couple tout simplement – dépend d’abord de la qualité de l’amour et de la relation et non pas en priorité de nos aptitudes physiques. Loin de préparer à l’amour-don, les relations sexuellesavant le mariage peuvent au contraire être blessantes pour l’un et pour l’autre.

De plus, les gestes sexuels précipitent l’évolution de la relation car ils créent très rapidement une exigence de vie commune. Il est alors beaucoup plus difficile de remettre en question son choix, éventuellement d’interrompre la relation. Il arrive aussi que la vie sexuelle occulte, dans le couple, l’expression de la tendresse et la mise en place d’une communication : le langage des corps remplace très vite le dialogue en profondeur.

On oublie trop souvent de rappeler que la sexualité nécessite une maturation personnelle, qui fait parfois cruellement défaut, notamment chez les jeunes. Elle implique aussi un apprentissage de soi et de l’autre. La sexualité, c’est aussi et peut-être surtout, la découverte de l’autre. Ce qui n’a rien d’évident, hommes et femmes ayant de la sexualité une idée intimement différente.

Le dialogue en profondeur dans le couple

Que voulez-vous dire au juste ?

C’est tout ce qui va me permettre de vraiment connaître l’autre, par delà ses qualités et ses défauts apparents.

Trop de gens court-circuitent ce dialogue en profondeur, estimant que « se tester sexuellement » est l’atout le plus sûr et la meilleure garantie de succès de leur future vie commune. « Si l’on s’entend bien dans ce domaine, le reste suivra… »

Les faits démentent ce bel optimisme : jamais en effet la virginité avant le mariage n’a été aussi décriée, mais jamais non plus le taux d’échec des personnes vivant en couple n’a été aussi important. Il est donc fallacieux d’affirmer que « réussir sa vie de couple » implique nécessairement que l’on doive, au préalable, avoir des expériences sur le plan sexuel.

Apprendre à faire l’amour ou apprendre à aimer ?

Expériences sexuelles préconjugales

J’irai même plus loin. Quel que soit le bilan que l’on fait, je ne pense pas que l’on puisse en tirer des conclusions fiables et engageantes pour l’avenir. On peut estimer, par exemple, que le bilan est plutôt positif, mais est-ce la garantie que l’on construira une relation durable et épanouissante ? Par contre, si on juge que nos relations sexuelles sont plutôt décevantes, devra-t-on conclure que l’autre n’est pas fait pour soi ? Que je peux donc en disposer librement ? Et que faire alors de l’intimité que l’on aura donnée et reçue ?

On le voit bien : la relation doit se construire autrement et sur d’autres fondements. Avant de fonder un couple, c’est mon aptitude à aimer l’autre pour lui-même que je dois avoir vérifiée, ainsi que ma volonté à aimer gratuitement, sans pression, ni chantage. Un tel amour n’est pas la négation du désir. Il dynamise la relation et la construit. Il me permet de gérer le «manque» et la tension en trouvant d’autres voies d’approfondissement et de maturation de la relation. Trop d’amours s’épuisent et se vident parce qu’elles sont consumées, court-circuitées par une sexualité trop précoce ! « Ne réveillez pas l’amour avant qu’elle le veuille » dit la Bible, dans le Cantique des Cantiques.

Apprendre à aimer plutôt qu’à faire l’amour. D’accord. Mais pensez-vous qu’il soit possible et raisonnable, dans le contexte de notre société, de demander à des jeunes d’attendre d’être mariés pour avoir des relations sexuelles ?

Alors voilà une vraie question ! Une question à laquelle les adultes ne doivent pas se dérober. Qu’observons-nous aujourd’hui ? L’insertion socio-professionnelle est de plus en plus difficile, les études de plus en plus longues, la puberté de plus en plus précoce et les exigences à l’égard du mariage de plus en plus élevées. Conséquence : ceux qui par fidélité à Dieu ou par convictions personnelles veulent réserver les relations sexuelles au mariage vont être confrontés à des tensions extrêmes qui leur sembleront parfois surhumaines. Gérard Hoareau

Les cahiers de l’école pastorale. Tous droits réservés

Profils féminins

Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android

Mariage chrétien et plaisir sexuel, et quoi aussi, sensualité?

Le mariage chrétien et le plaisir sexuel

Mariage chrétien et plaisir sexuel, et quoi aussi, sensualité?

PM: « Vous dites que le mariage est institué dès la Genèse. Ne serait-il pas plus exact de dire que c’est le couple homme-femme qui est défini comme cellule de base pour l’humanité naissante ? »

RE: « Oui et non. On peut remarquer que ce texte fondateur est repris mot àmot par le Christ lui-même, puis par l’apôtre Paul, marquant ainsi sa valeur normative pour tous et sa permanence dans le temps. Même s’il n’y a pas de détail sur l’organisation d’une cérémonie, il y a néanmoins plusieurs éléments qui caractérisent le mariage tel qu’on le retrouve plus loin dans la Bible, et dans de nombreuses autres sociétés sans aucun lien avec la Bible. Il me semble que c’est donc à juste titre que ce texte est couramment appelé l’institution du mariage. On y trouve, dans l’ordre : la prise de distance par rapport aux parents, ce qui est bien un signe de maturité, une prise de responsabilité et l’éclosion d’une nouvelle cellule sociale ; l’attachement à un seul et unique conjoint ; et enfin, le troisième point qui ne vient qu’après les deux autres, l’intimité physique. Sont déjà sous-entendues deux notions qui caractérisent n’importe quelle cérémonie de mariage : l’engagement de l’un envers l’autre, et l’engagement devant la société ».

Mariage chrétien et plaisir sexuel, et quoi aussi, sensualité?

RE: « Dans la cohabitation fidèle, n’y a-t-il pas une faute de logique, surtout quand des enfants sont nés? « 

RE: « Même dans la cohabitation fidèle, il y a un refus de l’engagement. Il peut certes y avoir affirmation d’un engagement privé, mais que vaut un engagement qui n’a pas été officialisé devant la société ou devant des témoins ? En ce sens, la cérémonie est bien davantage qu’une simple convention. Pour la société, elle marque la reconnaissance publique du couple. Pour les parents, elle marque l’officialisation de la « rupture ». Pour le couple, elle scelle l’engagement devant des témoins. »

Je m'inscris

Je m'abonne

Mariage chrétien: une extraordinaire liberté

PM: « Hormis l’interdiction de l’adultère, la Bible parle assez peu de la sexualité : elle se révèle très peu normative quant à la pratique sexuelledans le cadre du couple marié… »

RE: « La Bible en parle peu, c’est vrai. Cela a amené deux dérives opposées. D’abord la dérive moraliste : nombre de conducteurs religieux à travers l’histoire se sont sentis investis de la responsabilité de préciser des règles que Dieu aurait « oubliées » en inspirant le texte biblique. Deuxièmement, la dérive libérale : Si Dieu n’a pas pris la peine de donner des règles, tout est permis. La Bible laisse au couple une très grande liberté, et la dimension du plaisir n’en est pas exclue. Plusieurs passages de la Parole en témoignent. Par exemple, le jeune marié était exempté d’armée et de charges pendant un an afin de pouvoir « réjouir » sa femme.[1] L’homme doit « faire sa joie de la femme de sa jeunesse » ou « jouir de la vie avec la femme qu’il aime ».[2] Les mots hébreux traduits par réjouirjoie et jouir ont un sens très fort et expriment la notion de plaisir. Toutefois, si la sexualité est la troisième composante du mariage, elle ne résume pas à elle seule le mariage. Par sa dimension de plaisir, la sexualité peut hélas être recherchée pour elle-même et devenir une dépendance, une véritable idolâtrie. Même dans le couple, c’est là qu’il y a, me semble-t-il, une limite. »

Une sensualité très explicite…

PM:  » Du Cantique des cantiques, on a dit qu’il symbolisait la relation de Dieu avec l’être humain. Il est cependant d’une sensualité très explicite…

RE: « Le Cantique des cantiques décrit en termes à peine voilés une relation amoureuse. Pour nombre de conducteurs religieux, il fallait le « désexualiser » et il est présenté comme un chant d’amour symbolique entre Dieu et son peuple, ou entre le Christ et l’Église. C’est vrai que cette image de couple est reprise ailleurs pour illustrer la relation entre le Christ et l’Église. Mais quiconque a déjà eu une expérience sexuelle de couple y verra une description réaliste. De manière poétique, l’auteur utilise, pour décrire les divers éléments de la relation sexuelle, un langage imagé, comme les sources et les fontaines, les parfums, la main passée par la fenêtre, la poignée du verrou, la tête d’or de l’homme au milieu de boucles noires, la tête couverte de rosée, les boucles pleines des gouttes de la nuit… »

Devoir conjugal

PM: « Vous n’hésitez pas à employer l’expression « devoir conjugal ». Où est-elle dans la Bible ?

RE: « L’apôtre Paul en parle clairement : « Que le mari rende à la femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. »[1]Par amour, il faut savoir consentir des efforts. Le couple n’est pas le lieu de la satisfaction de l’égoïsme. Il n’est pas rare que l’un des partenaires doive se rendre plus disponible ou, à l’inverse, freiner ses envies. Enfin, il importe de respecter l’autre et de ne pas lui imposer quoi que ce soit. »

Propos recueillis par Philippe Malidor

Pour contacter: Site Roger Eykerman(link is external)


[1] I Corinthiens 7:3.


[1] Deutéronome 24:5.

[2] Proverbes 5:18; Ecclésiaste 9:9.

Profils féminins

Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android

Le plaisir est pour vous ! Mariage chrétien, sexualité et plaisir

Sexe et religion le couple est gagnant

Le plaisir est pour vous ! Mariage chrétien, sexualité et plaisir

« le couplé gagnant »

Une approche chrétienne et positive de la sexualité

Tiraillés entre une société libérale en matière de sexualité et un discours religieux souvent culpabilisant, beaucoup de chrétiens mènent en quelque sorte deux vies parallèles : l’une qui relèverait de leur foi, et l’autre de leur intimité. Or, une approche chrétienne et positive de la sexualité est hautement souhaitable. C’est ce que Roger Eykerman a voulu montrer dans son livre Tabou. [1]

Le plaisir est pour vous ! Mariage chrétien, sexualité et plaisir

Traditionnellement, on assimile la chute à l’acte sexuel. Pourtant, l’intimité physique du couple était déjà prévue avant la chute dès Genèse 2, « ils deviendront une seule chair », alors que la chute est racontée dans le chapitre 3. La sanction qui frappe Adam et Ève est liée à leur désobéissance et non à l’acte sexuel qui n’a pas encore eu lieu. Pendant des siècles, en s’éloignant de l’enseignement biblique, la religion a fait du renoncement un moyen de salut. Jusqu’au concile de Vatican II, il y a environ quarante ans, des livres de morale chrétienne affirmaient que l’acte sexuel était un « péché permis seulement dans le cadre du mariage pour avoir des enfants » !

Je m'inscris

Je m'abonne

Plaisir = récompense et déplaisir = punition

D’autre part, depuis notre enfance, nous sommes conditionnés à l’association automatique plaisir-récompense et déplaisir-punition. Ainsi, tout plaisir doit être mérité. Un plaisir reçu autrement que comme une récompense met mal à l’aise et entraîne un sentiment de culpabilité, comme si ce plaisir avait été volé. Ainsi, la sexualité étant source de plaisir, elle est forcément quelque chose de mauvais. Il est intéressant de noter que la notion de péché rapportée à la sexualité n’est pas spécifique à la Bible, comme la société essaie de le faire croire : elle se trouve aussi dans d’autres cultures, même les plus libérales en matière de mœurs. Ovide, poète fréquentant les épicuriens, mort en l’an 17 de notre ère, c’est-à-dire bien avant l’extension du christianisme dans l’Empire romain, parle dans L’art d’aimer du « péché d’amour… aussi agréable à la femme qu’à l’homme ». Dieu n’est pas ennemi du plaisir. C’est lui qui l’a créé, qui l’a donné à l’humanité avant la chute. Le plaisir est légitime dès lors que sa recherche ne devient pas le but de la vie au point de passer devant la relation avec Dieu.


[1] Éditions Farel, 2003.

Lire la suite…

Profils féminins

Profils masculins

Appli mobile jetunoo Android